Histoire de l’énergie nucléaire en France

La France a une très longue tradition nucléaire qui a conduit à la production d’électricité avec la fission de l’atome.

1896 : Henri Becquerel, pionnier du nucléaire, qui découvre la radioactivité.

1898 : Pierre et Marie Curie découvrent le polonium et le radium.

1945 : Création du Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Frédéric Joliot est nommé premier haut-commissaire à l’énergie atomique.

1955 : Un projet commun entre le CEA et l’entreprise publique Électricité de France (EDF) est lancé pour développer le premier réacteur nucléaire entièrement français, Marcoule, basé sur la technologie uranium naturel graphite gaz (UNGG) .

1963 : Premier réacteur commercial raccordé au réseau Chinon A-1 (sur la Loire).

1973 : A la suite de la crise pétrolière et à l’embargo, le gouvernement français décide que la sécurité d’approvisionnement et l’indépendence énergétique sont primordiales. L’énergie nucléaire est l’énergie de choix car la France n’a ni charbon ni gaz. L’énergie hydroélectrique a également été développée sérieusement au début du 20e siècle et a atteint son apogée pour atteindre environ 20 % de la capacité installée.

Années 80 : C’est la décennie où la France a connu la croissance la plus importante avec la construction de jusqu’à huit réacteurs en même temps. La stratégie était de construire un parc nucléaire bénéficiant de « l’effet de série » afin d’optimiser les coûts, notamment en matière de maintenance.

2006 : Une nouvelle loi sur la transparence et la sécurité dans le domaine nucléaire, dite  » loi TSN « , constitue une refonte en profondeur du cadre législatif applicable aux activités nucléaires et à leur contrôle. Elle crée l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), autorité administrative indépendante chargée de contrôler la sûreté nucléaire et la radioprotection et responsable de l’information du public sur ces sujets.

2007 : Début de la construction du réacteur français REP de troisième génération (EPR) à Flamanville, en Normandie. Il est aujourd’hui en cours de mise en service.

Aujourd’hui, la France compte 56 réacteurs en exploitation sur 18 sites et un réacteur EPR en construction (Flamanville 3).

LA FILIÈRE NUCLÉAIRE FRANÇAISE À L’EXPORT

La conception reconnue du REP français de 900 MWe a été vendue à plusieurs marchés d’exportation :

  • deux réacteurs français de 900 MWe en service à Koeberg, près du Cap en Afrique du Sud ;
  • deux à Hanul/Ulchin en Corée du Sud ;
  • quatre à Daya Bay/Ling Ao en Chine, près de Hong Kong.

L’EPR a également été vendu à :

  • la Finlande (Olkiluoto 3 / en phase de mise en service) ;
  • la Chine, avec deux réacteurs à Taishan qui ont été mis en service respectivement en 2018 et 2019 ;
  • le Royaume-Uni : EDF Energy, qui construit deux réacteurs à Hinkley Point C.